mercredi 30 septembre 2009

Un Kabinett de chez Fritz Haag pour un dimanche plein de soleil


Dans la série des apéritifs incontournables, je suis de plus en plus amatrice des Rieslings allemands. Pour un Dimanche chaud et ensoleillé comme nous avions le week-end dernier, un de ces dimanches entre amis comme je les aime, le Fritz Haag Brauneberger Kabinett 2008 était l'apéritif idéal. Frais et pur, avec un très faible taux d'alcool (8% vol.). Une robe très pâle, limpide et cristalline, aux légers reflets verts. Un nez fruité (pêche blanche) et très minéral, d'une belle intensité aromatique, et surtout, surtout, d'une pureté absolue (et plus ça va, plus j'aime les vins PURS). Une bouche légèrement perlante, renforçant la sensation de fraîcheur procurée par une forte acidité. Quelques sucres résiduels, pour contrebalancer cette acidité, dans un juste équilibre. Un vin droit, et à la fois gourmand. Un régal!
Vous vous souvenez, avec Egon Muller, on s'était déjà un peu promenés en Allemagne, dans le vignoble de Moselle-Sarre-Ruwer... On avait déjà évoqué la classification des vins allemands, et les 6 échelons des QmP, parmi lesquels le fameux Kabinett.

Comme Egon Muller, Fritz Haag est lui aussi un nom important du vignoble de Moselle, ayant contribué à la notoriété des grands Rieslings allemands. Le Domaine Fritz Haag se situe en Moselle moyenne, là où la rivière serpente en boucles sinueuses. Autour de la Moselle, se sont construits de nombreux petits villages, dont celui de Brauneberg, commune sur laquelle se trouve le domaine Fritz Haag. En réalité, le village de Brauneberg (braun=marron, berg=montagne, la montagne marron...) s'appelait autrefois Dusemond, du latin "dulcis mons" ou montagne sucrée, au temps des romains. Le nom était assez évocateur... C'est donc face au petit village de Brauneberg, sur la colline de Dusemond (le nom est resté!), que se trouve le vignoble du domaine Fritz Haag. En réalité, les vignes de Fritz Haag se situent toutes plus précisément sur une unité de terroir, une sorte de "climat" à l'instar des bourguignons, un petit vignoble bien délimité appelé Juffer. En effet, il faut savoir que, depuis très longtemps, dans les années 1800, les allemands ont découpé leur vignoble en unités de terroirs, correspondant à des "Einzellage". Pour la petite anecdote, le nom Juffer, qui signifiait dans le patois local "vieille fille", provient du fait que ce vignoble appartenait autrefois, au 18ème siècle, à 3 soeurs, restées célibataires... Le vignoble de Juffer représente au total 32 hectares, au milieu desquels se trouve un joyau de 10,5 hectares, partant du bas de la colline et montant jusqu'au cadran solaire situé à 200 mètres d'altitude: le Juffer Sonnenuhr (Sonnen= soleil, uhr=horloge, le cadran solaire!).
Pour visualiser le vignoble de Juffer, il faut imaginer des coteaux plus ou moins raides (pour Juffer Sonnenuhr pente à 80%), face au Sud, plongeant dans la Moselle. Cette dernière devient alors un miroir, puisque les coteaux se reflètent dans ses eaux, mais également le soleil, procurant ainsi aux vignes un double ensoleillement. Ceci explique d'ailleurs certainement la présence de nombreux cadrans solaires sur les rives de la Moselle. A cette exposition idéale, s'ajoute un sol constitué de schistes, permettant l'acquisition et la rétention de chaleur. Du fait de sa constitution, ce sol est stable et très bien drainé, puisque l'eau de pluie traverses les schistes en profondeur. On a là tous les critères qualitatifs pour la production de superbes rieslings. C'est la raison pour laquelle, le vignoble de Juffer est le plus prestigieux vignoble de Brauneberg.
Ainsi, le domaine familial Fritz Haag, créé en 1605, représente 7 hectares de Rieslings, sur les vignobles de Juffer et Juffer Sonnenuhr uniquement. Wilhelm Haag, a repris le domaine à 20 ans, en 1957, son père Fritz tombant subitement malade. Depuis 2005 c'est son fils Oliver, aidé par sa femme Jessica, qui gère le domaine Fritz Haag. Il entend poursuivre dans la même direction que son père, avec la même philosophie: produire un vin fin, fruité et délicat, au caractère de Riesling marqué par son terroir. Ca a l'air bien parti!

3 commentaires:

Vianney G a dit…

Souvenirs émus d'un Juffener Sonnenuhr Auslese 90... Et dire que le gouvernement allemand veut faire passer une autoroute littéralement au dessuss de ces vignobles splendides...

Pas un peu jeune 2008?

Rouge Blanc Bulles a dit…

Autant les 2007 (grand millésime en Moselle) sont fermés aujourd"hui, autant ce 2008 était déjà bon à boire.
Pour cette histoire d'autoroute, les médocains connaissent bien le problème, puisqu'ils ont été menacés de la même façon il y a quelques années... Vive le ferroutage!

laurentg a dit…

2007 fermés en effet mi 2009, chez Egon Müller (Scharzhofberger), chez Keller (Von der Fels).

Enregistrer un commentaire