mercredi 14 octobre 2009

L'enfant terrible

Dans la série des vins plaisir, des vins de copains, des vins de soif, des vins sans complexe, des vins différents, j'en passe et des meilleurs, j'ai adoré le Côtes du Jura 2007 Cuvée de l'enfant terrible, de Jean-François Ganevat. Un rouge du Jura 100% Poulsard... Comment ça vous ne connaissez pas le Poulsard?
Pour apprécier les vins du Jura, il faut faire preuve d'une certaine ouverture d'esprit. Car ils sont bien différents de nos vins français habituels. Et de ce fait, les critères de dégustation le sont aussi. Oui, dans les vins du Jura, vous allez sentir des arômes de pomme, de noix, de curry... Ces arômes qui seraient perçus comme des défauts, des critères d'oxydation et de vieillissement, participent ici à la typicité du Jura. A l'instar des Jerez espagnols, que j'adore aussi, les vins blancs du Jura sont vinifiés dans un style oxydatif, sans ouillage. Depuis longtemps, je suis fan des blancs du Jura, en particulier les Côtes-du-Jura blancs du Domaine Jean Macle, ma référence pour le moment (c'est important, d'avoir SA référence.). Je vous conseille vraiment de goûter un jour, pour un petit apéro un peu différent, avec des morceaux de Comté 24 mois... Un régal, je vous assure. Bon je m'évade, mais ces quelques précisions étaient ici importantes, vous allez comprendre pourquoi.
Revenons donc à notre Côtes du Jura rouge "Cuvée de l'enfant terrible" (J'avoue que le nom m'a bien plu, et m'a un peu influencée dans le choix de ce vin. ). Une couleur très très pâle, un peu dans le style du clairet de Bordeaux, mais limpide, avec des reflets bien orangés. Un premier nez réduit, puis à l'agitation, des notes de pomme, derrière lesquelles apparaissent progressivement des notes de fruits rouges et d'épices, une touche de minéralité, et puis ce quelque chose d'envoûtant, de curieux, qui donne envie d'en savoir plus. Je ne vais pas vous faire le coup de la balade dans les bois des Gouttes de Dieu (ceux qui ont lu comprendront, les autres, il est temps que vous vous y mettiez), mais je vous promets que ce vin a une certaine magie, quelque chose qui vous transporte ailleurs, qui vous fait voyager. La bouche, très vive, reste toutefois équilibrée et fraîche, avec une certaine longueur. La finale épicée rappelle encore ces notes de pomme. Comme les blancs du Jura, c'est un style de vin qui ne peut pas laisser indifférent. Moi j'aime beaucoup.
Pour se situer, petite balade imaginaire dans le royaume de notre délicieux Comté (mais aussi du Morbier, du bleu de Gex, du Mont d'Or...), dans ce ce petit coin perdu de France qu'est le Jura. Le vignoble du Jura représente une étroite bande Nord-Sud de 80 km de long et une dizaine de km de large, sur le rebord du massif du Jura. La région est découpée par de nombreuses petites vallées profondes et encaissées, offrant ainsi des petites surfaces abritées, idéales pour la vigne. Les 1850 ha que représente le vignoble sont dispersés sur ces pentes plus ou moins accidentées, à une altitude allant entre 200 et 400 mètres, au milieu des bois et des prairies. Le climat de la région, semi-continental, est un peu dur, avec des hivers très sévères. Comme tous ces vignobles à la limite septentrionale de la culture de la vigne, les vignes sont orientées au Sud ou Sud-Ouest, afin de permettre au raisin de bénéficier d'un bon ensoleillement. En outre, cette exposition permet également aux vignes de se protéger des vents du Sud-Est et du Nord, la "bise noire". Le vignoble du Jura, comme celui de la Bourgogne, se découpe en de nombreux petits terroirs, de par sa morphologie, bénéficiant de micro-climats particuliers, selon l'exposition, la pente et l'altitude. Pour comprendre la géologie du Jura, vous trouverez de bonnes explications ici. Les collines sur lesquelles se situent les meilleurs vignes sont constituées d'un mélange complexe, dont la grande typicité repose sur la présence importante de marnes (bleues, grises, rouges noires...). La marne, cette roche sédimentaire constituée de calcaire et d'argile, est donc LE grand terroir du Jura.
Château-Chalon

On retrouve dans cette région les cépages des voisins bourguignons Chardonnay et Pinot Noir. Mais les vins les plus typés sont produits à partir des cépages locaux: Le Savagnin, en blanc, et les Poulsard et Trousseau, pour le rouge. Le Poulsard, également appelé Ploussard à Arbois, s'est développé au XVème siécle. Très peu coloré, comme on a effectivement pu le constater, il se caractérise par sa souplesse. Ses grappes sont lâches, mais assez volumineuses, et ses feuilles bien découpées, à l'inverse du Trousseau dont les baies sont très resserrées (on pense que c'est de là que viendrait le nom), et les feuilles arrondies. Alors que le Trousseau préfère les terrains plus argileux, le Poulsard s'épanouit à merveille sur des terres fortes, comme les marnes du Lias. Le Poulsard est le cépage rouge dominant puisqu'il représente 80% des rouges du Jura, mais seulement 20 à 25% du vignoble.
A partir de ces cépages, sont produits 6 AOC: Arbois (première AOC créée, appellation en rouge et blanc), Château-Chalon (vin jaune uniquement), l'Etoile (vin blanc), Côtes du Jura, ainsi que les appellations Crémant du Jura et Macvin (vin de liqueur). Avec 640 ha en production, l'appellation Côtes du Jura est la principale appellation du Jura en surface, mais la deuxième en volume, après l'Arbois. 105 communes bénéficient de cette appellation, qui produit davantage de vin blanc.
Le domaine Ganevat se situe au lieu dit La Combe, à Rotalier, au Sud de Lons-le-Saulnier. Jean-François Ganevat a repris les 8,5 ha de vignes familiales en 1998, après avoir travaillé en Bourgogne, chez Jean-Marc Morey. Ses vignes sont sur une pente exposée plein Sud, au pied d'une crête, ou "sous la roche" comme l'illustre l'étiquette. Le Domaine est conduit en Biodynamie. Les vins sont élevés sans Soufre, avec juste un apport minime avant la mise en bouteille. La Cuvée de l'enfant terrible est issue de vieilles vignes, plantées en 1959, sur un terroir de marnes blanches et marnes grises.
A goûter, pour le plaisir!

Côtes du Jura Poulsard "vieilles vignes" 2007, Cuvée de l'enfant terrible, Domaine Ganevat
Environ 15€

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire