mercredi 29 avril 2009

Le Domaine de l'Hortus

Je ne sais pas quel temps vous avez chez vous, mais ici, à Bordeaux, depuis quelques jours nous avons un temps épouvantablement déprimant, ou, pour ceux qui ne veulent pas se laisser abattre, un temps à manger des crêpes (et ça c'est la bretonne qui vous parle). Le problème c'est qu'on ne trouve pas de bonnes crêperies partout... Donc je vous propose de repartir chercher le soleil dans le Sud...
On oublie qu'il y a une semaine tout juste, nous avions un temps de rêve. Avec les jours qui rallongent, on pouvait commencer à savourer un verre de vin entre amis dehors... Et pour ce premier apéritif à la tombée du jour, nous avions décidé de faire une petite escapade dans le Sud avec un de nos blancs favoris du Languedoc, la Bergerie de l'Hortus 2008.
En arrivant au Domaine de l'Hortus, les amoureux de la nature ont un déclic. Imaginez un instant... A votre gauche, le Pic Saint-Loup, majestueux. A votre droite les falaises de l'Hortus, rebelles. Autour de vous, des vignes et de la garrigue. Sentez... Mmm, le romarin. Ecoutez... Aaah, les cigales. Appréciez... la chaleur. Oui, vous y êtes, c'est bien le paradis!
Je vous ai parlé dernièrement de ces pionniers du Languedoc qui ont cru à un terroir et sont allés jusqu'au bout de leurs idées pour faire des vins exceptionnels. Et bien la famille Orliac fait partie de ces pionniers.

Un peu d'histoire
C'est dans les années 70 que Jean et Marie-Thérèse Orliac s'installent dans la vallée de Valflaunès, entre les falaises de l'Hortus et le Pic Saint-Loup. Tous deux amoureux de la montagne et de la nature, ils étaient tombés sous le charme de cet endroit en faisant de l'escalade, lorsqu'ils étaient encore étudiants à Montpellier. Quelques années plus tard, Jean Orliac, alors ingénieur chercheur à l'INRA, ressent un besoin de travail besogneux pour occuper ses week-ends, et prend en fermage 4 hectares de vignes, implantées sur la commune de Valflaunès, dont il livre la production à la cave coopérative du coin. A l'époque, la plupart des viticulteurs livraient leur vendange à la cave coopérative, sauf trois propriétés (Laroque, Lancyre, et Mas Bruguière) qui faisaient alors un vin de consommation courante. Puis, un propriétaire de Valflaunès décide de vendre ses terres, des bois à défricher, en partie à Mas Bruguière et en partie à Jean Orliac. La propriété s'agrandit... Et ainsi de suite, d'années en années, jusqu'à atteindre les 60 hectares actuels (plus 30 ha de fermage).
Cependant, le vignoble est jeune, en construction, et Jean Orliac sait qu'il est difficile de faire de grands vins avec des jeunes vignes. C'est pourquoi, pendant près de 20 ans, il continue à livrer sa production à la cave coopérative locale. En 1990, il partage un local, avec Jean-Benoît Cavalier, du Château Lascaux, pour vinifier chacun son propre vin. Le Domaine de l'Hortus est né. On a alors deux vins:
  • Domaine de l'Hortus, Grande Cuvée (le premier vin)
  • Domaine de l'Hortus, Cuvée Classique (le second vin)
L'ambition de Jean Orliac est alors de créer une marque forte, qui deviendrait une référence, à l'image de Mouton-Rotschild.
Coup de chance, Robert Parker, en visite en France, goûte le domaine de l'Hortus aux caves Taillevent à Paris, et trouve ce vin remarquable... la marque est lancée! C'est le début des grands Languedocs. Cette fois, Jean Orliac cesse son activité à l'INRA pour se conscarer entièrement à la propriété. En 1994, l'actuel chai de vinfication est construit. Le bâtiment, conçu entièrement en bois, se fond dans le paysage. Ici, tout semble en symbiose avec la nature.
C'est face à une demande grandissante pour les vins de la propriété que Jean Orliac décide de créer la marque Bergerie de l'Hortus, qui viendra remplacer le Domaine de l'Hortus cuvée classique (D'ailleurs, la mention Classique apparaît encore sur l'étiquette). Il achète des vins en vrac, qui ont été vinifiés dans un style défini par le domaine de l'Hortus, ce qui lui permet alors de faire davantage de volumes. Les vins sont cependant rigoureusement sélectionnés, afin que l'excellente qualité de la cuvée classique devenue Bergerie soit maintenue. On a finalement un fonctionnement typique du Rhône, avec un grand vin de propriété, et une partie négoce, élaborée à partir des vins de la propriété ainsi que de vins achetés à l'extérieur.
Aujourd'hui le domaine de l'Hortus est devenu une affaire de famille, puisque 3 des 4 enfants travaillent sur la propriété:
  • Marie, l'ainée, s'occupe de toute la partie administrative.
  • François, le second, s'occupe de toute la partie technique.
  • Yves, le cadet, s'occupe de la commercialisation
Manque seulement le benjamin Martin, installé au Japon, mais travaillant également dans le vin.

Rouge
Le domaine de l'Hortus rouge, Grande Cuvée et Bergerie, est élaboré à partir des 3 cépages classiques du Languedoc:
  • Syrah, grand cépage du Rhône.
  • Mourvèdre, qui donne un caractère très épicé et apporte une grande finesse.
  • Grenache, cépage moins fin que les deux précédents mais qui apporte cependant beaucoup de fruit.
Afin d'obtenir de ces 3 cépages le plus de finesse et d'élégance, la logique de plantation a découlé de la recherche de la période végétative la plus longue possible. Ainsi:
  • la Syrah, cépage précoce, a été plantée sur les coteaux exposés plein Nord et sur des terroirs frais, où les sols argilo-calcaires, avec des argiles très profondes, savent très bien gérer l'eau et sont donc peu sensibles aux variations de régime hydrique.
  • le Mourvèdre, à l'inverse, cépage très tardif, a été planté sur les coteaux exposés au Sud, et sur ces mêmes sols.
  • Sur les sols marneux, sols qui ne savent pas gérer les variations de régime hydrique, a été planté le Grenache, cépage très bien adapté aux conditions du midi.
La proportion de ces cépages dans les deux vins varie en fonction des années. Ainsi, pour le millésime 2007 par exemple, la grande Cuvée est constituée de 55% de Syrah, 35% de Mourvèdre et 10% de Grenache, tandis que la Bergerie est constituée de 60% de Syrah, 30% de Grenache et 10% de Mourvèdre. Ces deux vins sont en appellation Coteaux du Languedoc, Cru Pic Saint-Loup.

Blanc
Pour les blancs, la famille Orliac a eu envie d'exotisme, avec des cépages un peu originaux pour la région. En particulier, Jean Orliac a voulu introduire le Viognier (le cépage de Condrieu) dans la région, puis plus tard le Chardonnay, le Petit Manseng... C'est pourquoi d'ailleurs les blancs sont vendus en Vins de Pays du Val de Montferrand, et non en Coteaux du Languedoc (mais ça, vous commencez à avoir l'habitude!). Pour la petite anecdote, le Viognier est entré récemment dans le décret d'appellation des Coteaux du Languedoc. On a donc en blanc une grande variété de cépages: Roussane, Chardonnay, Viognier, Petit Manseng, Sauvignon blanc, Sauvignon gris... Les Blancs sont plantés en fond de vallée, sur des sols correspondant à des dépôts d'alluvions, ayant une excellente gestion du régime hydrique, et qui se réchauffent moins vite, afin d'obtenir plus d'acidité et une meilleure qualité aromatique.
Ainsi, pour le millésime 2008, la grande cuvée est constituée de 60% de Chardonnay, 25% de Viognier et 15% de Roussane. Quant à la Bergerie en blanc, elle se compose, toujours sur le millésime 2008, de 29% de Sauvignon, 29% de Roussane, 28% de Viognier et 14% de Chardonnay.

Si vous voulez en savoir plus, si vous voulez rêver avec de belles photos, je vous invite à aller jeter un oeil ici. Et si vous voulez acheter du vin, vous pouvez même le faire .

Je vous souhaite de belles dégustations à venir!



mardi 28 avril 2009

Paroles de vigneron


"Le vin c'est l'homme. Sa main module les erreurs de la nature par des détails, jamais de façon abrupte."

"Le vin ce n'est pas mystérieux, parce qu'il est simple d'en faire. Ce qui est mystérieux, c'est que l'on ne comprend pas tout lorsqu'on le fait."

"Faire du vin, c'est une centaine de gestes qui apprennent le solfège. Ensuite c'est à vous de faire votre musique."

Laurent Vaillé, Viticulteur, Domaine de la Grange des Pères.

La Grange des Pères 2005


Note de dégustation


Très très bel équilibre pour ce Languedoc, avec un beau fruit et une bouche très gourmande. Nez légèrement réduit au premier abord, mais très net, très pur, très complexe. Fruits rouges (griotte) et un peu fumé. Beaucoup de finesse, due certainement à cette belle acidité, des tanins très bien extraits, souples. Un style qui rappelle la bourgogne, certainement en raison de l’acidité, mais avec une certaine sucrosité en plus et une certaine "chaleur méditerranéenne". Structure élégante, soyeuse, grande finesse. J’ai beaucoup beaucoup aimé ce vin.



La Grange des Pères


La Grange des pères est l’un des plus grands vins du Languedoc (voire LE plus grand vin du Languedoc). 


Si certains avaient encore des doutes sur les capacités de cette vaste région viticole (la première région viticole française en superficie, avec ses 298 000 hectares de vignes) à produire de grands vins, La Grange des Pères est bien la preuve que l’on peut faire de TRES grands vins dans le Languedoc. 

Longtemps, la région a souffert de son passé un peu sinistre où l’on produisait massivement du vin rouge ordinaire sans intérêt. Mais cette époque est bien révolue. C’était avant. Avant qu’une horde de passionnés venus de toutes parts ne conquièrent la région. Avant que ces besogneux amoureux de la terre ne voient dans ces coteaux de terre arable un terroir sublime pour la vigne. Avant qu’ils n’entreprennent un travail d’acharnés pour construire leur vignoble. Avant que ne naissent les «Coteaux du Languedoc». 


Le domaine de La Grange des Pères se situe sur la commune d’Aniane, en plein coeur de l’Hérault. 

Dans les années 50, le grand-père de Laurent Vaillé avait acheté une ferme, La Grange des Pères, pour y faire de la polyculture, avec un peu de vignes dont les raisins étaient envoyés en cave coopérative. Quelques années plus tard, Laurent vaillé, alors qu’il était kinésithérapeute, entreprend une reconversion, et reprend des études en Viticulture-Oenologie. Son BTS viti-Oeno en poche, il part faire un tour de France des vignobles, et apprend ainsi aux côtés des plus grands (Chave dans le Rhône, Coche-Dury en Bourgogne...). Parmi ces grands noms d’influence, c’est Eloi Durrbach, du Domaine de Trevallon, qui laissera le plus son empreinte.

Ainsi, au début des années 90, Laurent Vaillé revient sur la propriété familiale avec un grand projet: faire de cette propriété un grand vignoble, selon les principes acquis lors de son tour de France. Avec son frère Bernard, ainsi que ses parents, ils rachètent des parcelles qu’ils défrichent et plantent:

  • Sur le haut des coteaux, où le terroir est constitué de calcaire lacustre, sont plantés Syrah, puis plus tard Cabernet Sauvignon, ainsi que les blancs Roussane, Marsanne et Chardonnay
  • En bas, sur les galets roulés de l’ancien lit de l’Hérault, ils plantent du Mourvèdre.

Aujourd’hui, le domaine de la Grange des Pères couvre une superficie de 13 hectares

Pour le rouge, les rendements sont généralement compris entre 20 et 25 hl/ha. Les raisins sont entièrement égrappés (ce n’est pas toujours le cas dans la région). Pour Laurent Vaillé, la conduite des vinifications doit se faire de manière naturelle, sans chercher l’extraction à tout prix, donc:

  • pas d’ensemencement de levures, ce sont les levures indigènes qui réalisent la fermentation.
  • pas de maîtrise des températures, sauf au-delà de 35°C.
  • Pigeage au pied.
  • Niveaux de soufre maintenus bas.

Chaque cépage est vinifié et élevé séparément en barrique pendant 24 à 30 mois. Le vin est assemblé au terme de cet élevage. 


Le premier millésime rouge de la Grange des Pères a vu le jour en 92. La proportion des cépages était de 50% de Syrah et 50% de Mourvèdre. A partir de 94, l’assemblage a été relevé d’une touche de Cabernet Sauvignon, à hauteur de 20% (on a donc 40% de Syrah, 40% de Mourvèdre et 20% de Cabernet Sauvignon.). 

La présence de ce dernier cépage est assez particulière pour la région. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est mentionné Vin de Pays de l'Hérault alors que les vignes se situent sur l’aire d’appellation Coteaux du Languedoc (le Cabernet Sauvignon ne fait pas partie des cépages autorisés dans le décret de l’appellation Coteaux du Languedoc).  


Si l’objectif de Laurent Vaillé était de faire de la propriété familiale d’Aniane un grand nom dans le monde du vin, alors on peut affirmer, avec certitude, que son but est atteint.

Depuis que ce vin a été mentionné «vin exceptionnel» par Robert Parker, toute la production est réservée et contingentée. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui ce produit est malheureusement rare. Alors si par chance vous tombiez sur une bouteille, surtout, n’hésitez pas...



Et pendant ce temps dans les vignes...

lundi 27 avril 2009

A méditer (encore!)


"Si le vin disparaissait de la production humaine,
je crois qu'il se ferait dans la santé et dans l'intelligence de la planète
un vide, une absence encore plus affreuse
que tous les excès dont on le rend coupable."

Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

mercredi 22 avril 2009

Cap sur le Domaine de l'Horizon, Blanc, 2007


Prise au piège par ma propre philosophie, j’ai un peu délaissé le clavier pour profiter de ma famille, et du beau temps dehors... J’y reviens! 


Lors de notre soirée au Saint-James, nous avons laissé le sommelier choisir pour nous un vin, à l'aveugle. C'est ainsi que nous avons découvert le Domaine de l'Horizon blanc 2007, Vin de Pays des Côtes Catalanes. On voulait un blanc minéral, on l’a eu! Beaucoup de minéralité donc, avec une belle  fraîcheur. On perçoit une note oxydative, avec des arômes de pomme et de poire, sans que ce soit un défaut mais plutôt le propre style du vin (vin élevé sans soufre?). Ce vin nous a beaucoup surpris, et surtout nous avons vraiment apprécié. Belle découverte!


Le Domaine de l’Horizon a été créé en 2006 par Thomas Teibert. Passionné par le vin depuis l’âge de 14 ans, ce jeune homme d’origine allemande a parcouru le monde avant de s’installer à Calce, petit village non loin de Rivesaltes, dans le département de l’Aude, suite à une grande rencontre avec Gérard Gauby (Domaine Gauby). Après un gros travail de fond dans les vignes, son premier millésime voit le jour en 2007. Aujourd’hui, le Domaine de l’Horizon représente 15 hectares, conduits en Agriculture Biologique


Si je dis que ce vin nous a surpris, c’est parce qu’il est plus rare de trouver fraîcheur et acidité dans les vins de région chaude. Or, le Roussillon est en France le vignoble le plus sec et le plus chaud. C'est pourquoi le Roussillon est ainsi la grande région française productrice de Vins Doux Naturels, ou VDN (Maury, Rivesaltes, Banyuls, Collioure)...


La région ressemble à un grand amphithéâtre orienté à l’est vers la mer, formé par les montagnes de Corbières au Nord, le massif du Canigou à l’ouest, et la chaîne des Albères au Sud. 

 

Le Domaine de l’Horizon est quant à lui implanté dans la partie nord du Roussillon, près de Rivesaltes, au coeur de l’aire d’appellation Côtes du Roussillon Villages pour les rouges, ou Côtes du Roussillon pour les blancs (région également productrice de Rivesaltes et Muscat de Rivesaltes, comme presque l’ensemble du vignoble du Roussillon). Cependant, la plupart des Côtes du Roussillon sont vendus comme Vins de Pays, la création de l’AOC relativement récente n’ayant pas eu un énorme succès, sans doute en raison de la législation plus stricte notamment concernant les cépages autorisés et les teneurs en alcool. 

Le Roussillon compte ainsi six Vins de Pays:

  • le Vin de Pays des Pyrénées-Orientales, qui couvre la totalité du département.
  • le Vin de Pays Catalan, qui correspond à peu près à l’AOC Côtes du Roussillon (moitié sud).
  • le Vin de Pays des Côtes Catalanes, qui couvre une zone située au nord de Perpignan, autour de Rivesaltes, dans la vallée de l’Agly.

(Bien que moins répandus, on trouve également les Vins de Pays du Val d’Agly, Vin de Pays des Coteaux des Fenouillèdes, Vin de Pays de la Côte Vermeille).


Ouf, on a fait le tour! Vous y êtes là? C’est vrai que c’est compliqué la France!


Pour ce qui est des cépages, les vins blancs du Roussillon sont principalement à base de Grenache, Maccabeu, Malvoisie du Roussillon (Tourbat), ainsi que Marsanne, Roussane, et Vermentino.


A cela s’ajoute une multitude de terroirs, avec une grande diversité de sols (calcaires, schistes, marnes...), sur de nombreux petits coteaux... Autant vous dire que le Roussillon peut s’enorgueillir d’une très large gamme de types de vins... Donc il y a encore beaucoup beaucoup de vins à découvrir...A vos tire-bouchons!


mercredi 15 avril 2009

Egon Müller Scharzhoberger Kabinett, 2005



Je sais, pour les non germanophones, le nom est difficile à retenir, et ça a été mon cas. En revanche, goûtez une fois, et vous vous en souviendrez. Ce vin est très différent d’autres vins blancs. C’est un blanc légèrement sucré, mais cette sucrosité est équilibrée par une très forte acidité.Avec seulement 10° d’alcool (parfois moins), on le boit comme du jus de raisin! Malgré cette sucrosité, qui peut surprendre et déstabiliser, le vin reste très fin. On sent toute la typicité du cépage Riesling, avec un côté extrêmement minéral, et des notes légèrement pétrolées, tout en finesse et légèreté. A goûter absolument, nous on est fans!


NB: Ce n'est pas la bonne bouteille sur la photo, mais c'est juste pour avoir une idée du visuel, qui marque en général. Ca c'est la bouteille bue le lendemain, on avait besoin de se réhydrater... Très bon aussi! Quand je vous dis qu'on est devenus fans...



Quelques explications s’imposent... ou petite échappée dans le vignoble de Moselle.


Quand on commence à s’intéresser aux vins allemands, on comprend toute la complexité que représente pour le néophyte les classifications, les appellations, les noms de domaine, les cépages, les types de vins... On comprend pourquoi on reproche souvent à nos vins français d’être compliqués. Pourtant, rien n’est jamais si compliqué, il suffit de vraiment s’y intéresser.


Le premier critère de distinction des vins allemands est leur origine géographique. Le second est leur niveau de qualité. On distingue ainsi 3 catégories:

  • Tafelwein (vin de table) parmi laquelle on trouve la catégorie Landwein (vin de pays)
  • Qualitätswein eines bestimmten Anbaugebiete (QbA): échelon inférieur des vins de qualité.
  • Qualitätswein mit Prädikat (QmP): échelon supérieur des vins de qualité. 

En réalité, ce qui distingue les QbA des QmP tient au fait que ces derniers sont élaborés à partir de raisins dont la teneur en sucres ne nécessite pas de chaptalisation. En effet, il est important de préciser que les vins allemands sont élaborés dans des conditions limites de viticulture. C’est ce qui explique que leur teneur en alcool soit souvent particulièrement basse, et leur acidité très élevée. C’est ce qui explique aussi que la hiérarchie des vins blancs allemands soit établie selon des critères de concentration en sucres.

Ainsi, les QmP sont eux-mêmes subdivisés en 6 catégories:

  • Kabinett: échelon de base
  • Spätlese: «vendanges tardives», vins doux ou secs mais élaborés à partir de raisins plus mûrs
  • Auslese: grappes sélectionnées 
  • Beerenauslese: vins liquoreux élaborés à partir de raisins en surmaturité 
  • Trockenbeerenauslese (TBA): idem Beerenauslese mais avec des raisins flétris et desséchés par la pourriture noble
  • Eiswein: vin de glace.


Egon Müller est l’un des domaines les plus réputés d’Allemagne. Il est implanté dans le magnifique vignoble de Moselle-Saar-Ruwer, dont les vignes suivent le cours des 3 rivières éponymes. Dans ce vignoble de près de 13 000ha, le cépage Riesling occupe la moitié de la superficie, et constitue l’unique cépage dans les sites les plus qualitatifs, c’est à dire les «coteaux» (parfois pentes très raides) exposés au Sud. C’est parce qu’il se trouve à la limite de son aire de culture, que le Riesling donne le meilleur de lui-même, et tire du terroir sur lequel il s’épanouit ces notes minérales de schiste qu’il sait si bien mettre en valeur. 

Le domaine Egon Müller se situe au Sud de la région, sur la commune de Wiltingen, et plus précisément sur le plus beau site de la région, la colline de Scharzhofberg. Le Scharzhoberg est un petit vignoble exceptionnel, dont les vignes plantées sur des coteaux vertigineux bénéficient d’une exposition plein sud. Sur les 20 ha que représente le vignoble, Egon Müller en possède 8,5, achetés en 1797 par son ancêtre Jean-Jacques Koch. Au pied de cette colline se trouve un magnifique vieux manoir, maison historique de la famille. 

C’est ce terroir dont les sols regorgent de schiste qui donne au Riesling autant de caractère et d’élégance.


Dites, ça vous tente un petit verre de Riesling?


mardi 14 avril 2009

Un Samedi soir au Saint-James


Après avoir entendu tant d’éloges sur Michel Portos, chef désormais doublement étoilé du restaurant Saint-James à Bouliac (33), j’ai eu envie de goûter sa cuisine. Nos amis languedociens préférés en visite à Bordeaux, c’était l’occasion. Et nous n’avons pas été déçus!


Dans un cadre contemporain sobre et malgré tout chaleureux, la salle du restaurant offre une vue panoramique sur la ville de Bordeaux illuminée. Rien que pour le coucher de soleil, ça vaut le détour! Les mets sont subtils et délicats, le service impeccable. Mon seul regret est de ne pas avoir pu rencontrer le fameux «chef rebelle»... Une prochaine fois!


On dit Michel Portos simple et modeste, malgré son immense talent. Alors son sommelier est à son image. Je ne trouve pas toujours les sommeliers agréables, rarement sympathiques, ils sont parfois hautains, avec des airs supérieurs. Tout l’inverse de Richard Bernard, qui nous a éclairés sur le choix des vins, et nous a apporté beaucoup d’informations, le tout de façon discrète et modeste. L’homme est réellement passionné, et fin connaisseur. Malgré un petit faible pour la Bourgogne, il est ouvert à toutes les régions viticoles, sans exception (et c’est également rare). On comprend bien pourquoi Michel Portos, lui même passionné par le vin, lui a demandé de le rejoindre en 2004 (les deux hommes se sont connus et liés d’amitié chez Troisgros). Un vrai sans faute!


Nous étions 6 à table, et voici dans l’ordre les vins que nous avons goûtés (et bus!):


Riesling Scharzhofberg-Kabinet Egon Muller, 2005


Domaine de l’horizon 2007, Vin de pays des Côtes Catalanes


Chassagne-Montrachet Premier Cru «Boudriotte» 2003, Domaine Ramonet


La Grange des Pères, 2005, Vin de pays de l’Hérault


Rivesaltes Mas de la Garrigue 1959



Décryptage et commentaires des vins à suivre...



vendredi 10 avril 2009

Dicton du mois

Pluie d'Avril
Emplit le baril.

A bon entendeur...


jeudi 9 avril 2009

A méditer...

Buvons, chers amis, buvons:
Le temps qui fuit nous y convie;
Profitons de la vie
Autant que nous pouvons.

Quand on a passé l'onde noire,
Adieu le bon vin, nos amours;
Dépêchons-nous de boire,
On ne boit pas toujours.

Laissons raisonner les sots
Sur le vrai bonheur de la vie;
Notre philosophie
Le met parmi les pots.

Les biens, le savoir et la gloire
N'ôtent point les soucis facheux,
Et ce n'est qu'à bien boire
Que l'on peut être heureux.

Sus, sus, du vin partout, versez,
garçons, versez,
Versez, versez toujours, tant qu'on dise assez.

Jean-Baptiste Poquelin, dit MOLIERE
(1622-1673)
Chanson à boire, du Bourgeois gentilhomme, Acte IV, scène I


mercredi 8 avril 2009

En avant, c'est le Printemps!

Le chant des petits oiseaux au réveil, les bourgeons qui éclosent, les fleurs qui parfument, l'air doux, la chaleur des rayons de soleil sur la peau, les jours qui rallongent... Ecoutez, sentez, respirez, goûtez, appréciez, savourez... Le Printemps est là!

Après un long hiver, l'envie de nouvelles aventures, d'un nouveau départ, de petits moments simples de bonheur, de partage... L'envie de retrouver les copains autour d'un verre, pour rire et refaire le monde...

Certains prennent leurs bonnes résolutions quand une nouvelle année commence. Moi je fonctionne à l'énergie solaire (c'est mon côté écolo, diront certains), alors c'est au Printemps que mes idées prennent forme.

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de ma passion, le vin. J'ai envie de vous faire partager mes coups de coeur, de vous faire découvrir de nouvelles choses. J'ai envie de vous donner envie d'ouvrir des bouteilles, comme ça, juste pour le plaisir.

Alors, qu'est ce qu'on boit maintenant, rouge, blanc ou bulles?