mercredi 20 janvier 2010

Saisons du Médoc... A Sociando-Mallet.

Il y a quelques jours, est arrivé chez moi un livre: Saisons du Médoc, une année à Sociando-Mallet. Un livre de photos (celles de Jean-Luc Chapin), un joli livre, comme on peut en trouver sur le vin (je trouve que globalement, on fait des livres de plus en plus beaux). Oui mais celui là avait quelque chose... De la photo de couverture, se dégage une atmosphère, une ambiance... Celle du Médoc, comme si on y était. Je crois que je n'ai jamais vu de photo aussi parlante. Alors je l'ai ouvert ce livre, j'ai été subjuguée par ces photos absolument magnifiques et je l'ai lu, entièrement, du début à la fin. Souvent, les beaux livres se regardent, se contemplent, mais ne se lisent pas vraiment. Mais ce livre là se lit, il se savoure, jusqu'à la dernière page.
C'est surtout la naissance d'Arthur, son petit fils, qui a fait jaillir l'idée de ce livre à Jean Gautreau, "pour qu'il puisse comprendre un jour ce qu'est le travail de la vigne à Sociando". Mais c'est aussi parce que 2009 était une date anniversaire pour Sociando, celle des 40 ans de la création de ce vignoble.
Ainsi, pour reprendre la note de l'éditeur "Cet ouvrage raconte une histoire de saisons. Le choix de commencer par le mois d'octobre est bien entendu lié au cycle de la vigne. Dans les derniers jours de septembre, quelque chose s'achève avant les vendanges, qui recommence dans le courant du mois d'octobre. Ainsi se poursuit l'incessant va-et-vient entre le terroir et l'homme, qui fait les grands vins de Bordeaux." Pour chaque mois de l'année, Jean-Luc Chapin a capturé un moment, une émotion, des couleurs, des sensations... 12 auteurs ont commenté un mois de l'année pour raconter un peu de Sociando, un peu de Jean-Gautreau, un peu du travail des vignerons, chacun dans un style différent.
Peut-on prétendre connaître le Médoc, sans avoir un jour goûté Sociando-Mallet? Pour moi, ce vin est l'image du Médoc. Un premier abord parfois austère, surtout dans sa jeunesse, mais derrière, une bouche charnue, veloutée, ample, puissante. Un fruit on ne peut plus représentatif du Cabernet Sauvignon. Le grand vin médocain par excellence, l'expression même du grand terroir médocain, des grands Cabernet Sauvignon, de la combinaison de ces deux entités, de leur union, leur mariage.
Des vignes conduites à la perfection, des Cabernet Sauvignon tournés vers l'estuaire de la Gironde, sur ce grand terroir de graves qui longe la rivière... Sociando-Mallet s'impose comme une évidence. Et pourtant... Pourtant Sociando-Mallet n'était pas une évidence. Non, loin de là. Sociando-Mallet est la création d'un homme, un seul, un médocain pure souche, et fier de l'être: Jean Gautreau. Jean Gautreau est, pour reprendre les mots de Jean-Claude Berrouet dans ce livre merveilleux le "géniteur de Sociando-Mallet". Car c'est lui qui a construit ce superbe vignoble, SON vignoble, à partir de 1969. D'abord avec 5 hectares,puis en rachetant des parcelles judicieusement choisies pour leur terroir, jusqu'à rassembler les 85 hectares qui constituent le vignoble autour d'un seul nom: Sociando-Mallet. A cette époque noire pour le vin, où l'image de Bordeaux était encore loin d'être celle d'aujourd'hui, il fallait beaucoup de clairvoyance pour voir le terroir qui se cachait sous ces pieds de vignes à l'abandon. Il fallait beaucoup d'audace pour se lancer dans une telle aventure. Il fallait du courage aussi. Et sans doute, sans AUCUN doute, de la passion. "Toute était en place pour y réaliser un grand vin. Sauf que personne ne s'y était risqué avant le nouvel arrivant. Lui seul a eu l'idée d'imaginer sa propre histoire sur ce terroir intouché (...). Le nouveau venu était un visionnaire." écrit Jean-Paul Kauffmann, dans son éloge de l'atramentaire. Pour Didier Ters "Jean Gautreau a vite compris de quoi étaient capables les cailloux qu'il avait sous les pieds". Il est selon lui (et je suis entièrement d'accord!) "l'illustration parfaite" de la définition de Denis Dubourdieu: " Un terroir, c'est un terrain avec un bonhomme dessus". Pourtant, Jean Gautreau aime à répéter, avec beaucoup de modestie, "j'ai eu de la chance"...
Ce livre est un hommage à Sociando-Mallet certes. Mais il est de manière plus générale, un hommage à la Viticulture, un hommage au travail du Vigneron, un hommage au Médoc. Je trouve ce livre absolument remarquable, et touchant. Remarquable pour la qualité des photos. Il faut vraiment être amoureux du Médoc et de la nature, pour avoir pris de telles photos, pour avoir su retranscrire une telle atmosphère. Remarquable pour la qualité des textes. Chacun des 12 auteurs apporte des informations, des anecdotes. Les textes sont beaux, simples, et parlants. On les lit comme on boit un verre de Sociando... On y sent la passion d'un homme, son respect pour le terroir, pour les vignes, et pour les hommes qui l'ont accompagnés dans cette aventure, son équipe. Touchant, parce que derrière Sociando, il y a Jean Gautreau dont on devine la personnalité à travers les textes, mais qui semble ne pas vouloir se mettre en avant. Et puis il y a une famille. Ce livre est en effet dédié à Arthur, à sa grand-mère, à sa mère, et à son père, et je dois dire qu'en lisant ces quelques mots j'avais les larmes aux yeux. Parce que je trouve ça beau. Cet attachement à une terre, cette passion pour un métier, cette force d'y avoir cru, ce respect profond pour un terroir et des hommes, et cette idée de continuité... La dernière photo de ce livre est celle de Jean Gautreau tenant son petit-fils Arthur dans les bras, riant aux éclats. Ca se passe de mots, ça se passe de commentaires... L'histoire de Sociando continue, et c'est beau...

Saisons du Médoc, éditions confluences, 20€

5 commentaires:

Fabrice a dit…

Bonjour,

Quelques clichés sur le vin, dont Sociando, dont vous pouvez vous servir pour illustrer votre post, si vous le désirez bien sûr ;-)
Félicitations pour votre blog, qui, par moments, dans l'esprit, me rappelle les débuts de VinSurVin.
Bonne chance pour le WBT !
Fabrice Le Glatin, VinSurVin.

Rouge Blanc Bulles a dit…

Merci à vous!

laurentg a dit…

Bu récemment un superbe Sociando-Mallet 2003, sans "sécheresse" ...

Rouge Blanc Bulles a dit…

Effectivement, 2003 est bien dans le Nord Médoc, ou le Nord Médoc est bien en 2003... à voir!

Algernon a dit…

Certains aiment le médoc sous le soleil. Je trouve qu'il a également un charme tout particulier dans le vent. Au fond d'un chai, j'entends le vent siffler sous les portes, la toiture craquer, dehors, je vois la pluie illuminée de quelques rayons de soleil, la vigne qui resiste, un mélange de gris et de lumière, ce samedi de mars a quelque chose de très authentiquement Médoc !

Enregistrer un commentaire