mercredi 17 mars 2010

Les Monts Damnés

Ce que j'aime avec le vin, c'est (entre autres!) qu'il nous fait voyager. Hop, en quelques jours, il nous fait passer du Languedoc (La Voulte-Gasparets) à la Corse (Domaine Leccia), de la Corse à l'Italie (Prunotto), de l'Italie à la Loire (j'y arrive...), et zou on repart en Espagne (je n'ai pas même pas eu le temps encore de vous parler de mon faible pour les Fino...). C'est aussi ça qui rend le vin magique!
Bref, juste remise de mon périple dans les Corbières avec Romain Pauc (:-)), me voilà partie dans la Loire, à Sancerre, plus précisément sur la commune de Chavignol (vous savez, ces petites crottins de chèvre délicieux), grâce à un Les Monts Damnés 2007 du Domaine Pascal Cotat.

Plus on goûte de vins, plus on sait ce qu'on aime, ce à quoi on est sensible. Certains apprécient les blancs ronds, gras et fruités. Moi j'aime ceux qui sont vifs, tendus, minéraux, purs, nets, précis (je sais, ça fait beaucoup, je suis TRES exigeante, et de plus en plus! :-)). Les Monts Damnés 2007 de Pascal Cotat a ainsi fait mon bonheur. Son nez, peu expressif au départ, est assez complexe, avec des arômes de buis (arôme variétal du sauvignon blanc, qui ne plaît pas à tout le monde d'ailleurs), mais aussi de pêche, de tilleul, et (très important) de pierre à fusil. En bouche, l'équilibre est superbe, avec une bonne acidité donnant plein de fraîcheur, et une minéralité qui se fait bien sentir. Un vin tendu, vif, droit, pur... J'adore!

Sancerre est avec Pouilly-Fumé l'appellation la plus à l'Est du vignoble des vins de Loire, se rapprochant ainsi, géographiquement, de la Bourgogne. Pourtant, si la Bourgogne est, pour les blancs, la grande terre de prédilection du chardonnay, Sancerre et Pouilly-Fumé sont les royaumes du sauvignon blanc. L'appellation Sancerre, dont bénéficient plusieurs communes situées autour du village éponyme haut-perché (photo), couvre une surface d'environ 2800 ha. Bien que les blancs représentent près de 80% de la production, il existe également des Sancerre rouges (13%), élaborés à partir de pinot noir, ainsi que des Sancerre rosés. Les vignes de l'appellation Sancerre se situent à une altitude allant de 200 à 350 mètres.

Si tous les Sancerre blancs sont élaborés à partir de ce beau cépage qu'est le sauvignon blanc, les expressions de ce dernier vont varier selon le type de sol sur lequel il est installé. Ainsi, on distingue à Sancerre 3 types de sol:
  • Les terres blanches, à l'ouest du vignoble, qui renferment davantage d'argiles, donnant des vins plus robustes.
  • les terres argilo-silicieuses, plus à l'est, sur les collines autour de Sancerre. Ces terres contenant beaucoup de silex donnent des goûts typiques de pierre à fusil, et font en général des vins très fins.
  • entre les 2, plutôt dans les bas de pentes, les Caillotes, terres calcaires très pierreuses, donnant des vins plus légers, sur le fruit.

Parmi les terres riches en silex, celles des collines de la commune de Chavignol donnent les vins les plus fins. Sur cette même commune, on distingue plusieurs grands terroirs, ou "climats" pour reprendre le terme bourguignon, comme La Grande Côte, Les Monts Damnés, Cul de Beaujeu... Les pentes sont variables d'un climat à l'autre, la plus impressionnante étant celle de Culs de Beaujeu.
Le Domaine Pascal Cotat est un domaine d'une toute petite surface (moins de 2 hectares) qui produit de belles bouteilles sur quelques uns de ces climats de Chavignol. On peut parfois confondre le Domaine Pascal Cotat avec celui de son cousin François Cotat, qui produit également de grands vins sur cette commune. Il faut dire que jusqu'en 1990, il n'existait qu'un seul domaine, dirigé par deux frères, Francis et Paul, respectivement pères de Pascal et François. Le Domaine Cotat a été l'un des premiers de Sancerre a avoir une approche parcellaire des vins, en vinifiant chaque climat indépendamment (Grande Côte, Monts Damnés...). Bien que le domaine d'origine soit aujourd'hui scindé en deux, les cousins ont gardé la même philosophie. L'idée est d'obtenir les vins les plus représentatifs de leur terre d'origine, avec un interventionnisme minimum (vins non collés et non filtrés notamment, d'où une turbidité assez élevée). Depuis, beaucoup de producteurs ont suivi cette approche terroir, comme le Domaine Gérard Boulay, ancien coopérateur, qui produit sur cette commune également de très beaux vins sous son propre nom depuis 1995. Il reste encore tant de belles choses à découvrir...
En tout cas voilà, dans un style vif, minéral, tendu, pur et net, Les Monts Damnés 2007 de Pascal Cotat, je suis fan!

Domaine Pascal Cotat, Les Monts Damnés 2007, AOC Sancerre
Environ 25€ (la Winery, par exemple...)

13 commentaires:

laurentg a dit…

Chavignol, le fief du grand sauvignon ...

François Cotat, Pascal Cotat, Gérard Boulay, Edmond Vatan.

Superbe Monts Damnés 2007 de François Cotat la semaine dernière.
Parfois un peu de soufre en début de vie pour éteindre le profil aromatique.

Un beau texte et des photos de l'ami Philippe Ricard : http://www.invinoveritastoulouse.fr/index.php/Voyages-dans-les-vignobles/20080515-centre-loire-chavignol-boulay-cotat.html

laurentg a dit…

J'oubliais ...

A de rares exceptions près (domaine de Chevalier, Laville Haut Brion, ...), on ne trouve pas cette grandeur du sauvignon à Bordeaux.
On trouve au contraire souvent des vins monocordes, variétaux, lourds, boisés, sans minéralité notable.

Pour ceux qui aiment les florilèges et les chiffres : http://www.invinoveritastoulouse.fr/index.php/Thematique-Cepage/20090116-sauvignon.html

Xavier a dit…

Beau texte, très belle photo de la bouteille, dont la lumière vive, fraiche, et pleine de contraste semble être à l'image du vin que vous décrivez.

Et puis ce nom, "les Monts Damnés", ca a quelque chose de mystérieux, un brin diabolique, on imaginerait bien François Villon offrir sa prose à tous les vents du haut de la colline !!!!

Vincent LEVIEUX a dit…

"A de rares exceptions près (domaine de Chevalier, Laville Haut Brion, ...), on ne trouve pas cette grandeur du sauvignon à Bordeaux"

Moi j'adore " Les Verdots selon David Fourtout" à Bergerac, à mon avis le plus grand blanc sec du grand Sud-Ouest.

karin a dit…

j'aime bcp ces vins...quelle belel image du sauvignon..à l'inverse de ceux de bdx..

cest qui achète les chavignols et on se fait une degust :-)

Aurelia a dit…

Je boirais bien la bouteille des Monts Damnés 2007 de Pascal Cotat avec toi ;-) mmmm !

laurentg a dit…

Vincent,

Tours des Verdots 2005 bu 2 fois : 1 fois pas mal (strict, minéral - oct 2007), une fois très moyen (pesant et amer comme une mauvaise marsanne - nov 2008).

attention : 55% Sémillon/25% Sauvignon/12% Muscadelle/8% Sauvignon Gris

Rouge Blanc Bulles a dit…

@ Laurentg: Vous avez raison en effet de citer Vatan (et j'aurais dû le faire!), qui est avec son Clos de la Néore une grande référence dans l'appellation, et sur la commune de Chavignol. A Bordeaux, l'expression du sauvignon est différente en effet. On n'a pas cette minéralité, je suis complètement d'accord, ce qui me semble normal puisqu'elle provient du terroir, et non du cépage. De plus, ce sont des vins d'assemblage, rarement des 100% sauvignon.

@ Vincent: ajouté dans la "to drink list"!

@ Karin: Quand tu veux!

@ Aurélia: Allez c'est noté, dès que tu viens à Bordeaux!

Anonyme a dit…

Bonjour Anne-laurence,
Juste un petit mot pour te dire qu'il existe à Bordeaux ( et oui!!!) et plus particulièrement à Pessac-léognan des propriétés 100 % Sauvignon avec des notes de silex, de mines à crayon qui dominent le vin dans son jeune âge. Les vins sont très tendu avec une grande minéralité depuis quelques millésimes!! Est ce que le vinificateur aurait fait des progrès?? Peut-être une remise en qustions, tout simplement.
A très bientôt.

laurentg a dit…

Anonyme,

Il ne vous reste plus qu'à nous dire lesquelles ...

Rouge Blanc Bulles a dit…

Ok, je crois avoir compris qui était l'"anonyme", et quel était le vin. Pas convaincue de la minéralité de ce dernier quand même, et je suis peut être un peu plus objective pour le coup... ;-) Bon, je rectifie donc ce que j'ai écrit plus haut: Personnellement, je n'ai jamais trouvé de minéralité dans les blancs de Bordeaux, y compris ceux de Pessac-Léognan. Mais comme je l'ai souvent dit, il reste toujours des tas de choses à découvrir, à apprendre, donc pourquoi pas... Je ne manquerai pas d'aller goûter les Pessac-Léognan en primeur... Et on verra!

Un vigneron troublion a dit…

Salut Anne-laurence,
Je vois bien que tu m'as reconnu (je ne doutais pas de ton talent de voyance). C'est avec plaisir que l'on t'accueilleras le 29 mars au primeur de Péssac, on pourra alors débattre de vive voix de cette notion de minéralité des blancs Bordelais 100% Sauvignon. Merci encore pour ton blog, il est génial, continue à nous faire découvrir (et apprendre) un max de truc....

laurentg a dit…

Anne-Laurence,

Goûtez la cuvée Paul de François Cotat, moelleuse.
Elle peut de révéler magnifique (sur 1995, 2001) !

Enregistrer un commentaire