mercredi 7 avril 2010

Billes de Roche pour assiette printanière

"En automne, je récoltai toutes mes peines et les enterrai dans mon jardin. Lorsqu'avril refleurit et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces, mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles".
Khalil Gibran (Le sable et l'écume)
J'aime le printemps, cette saison qui nous sort de la mélancolie hivernale (confortable parfois) pour nous redonner un souffle de vitalité, d'énergie, de dynamisme, d'optimisme. "Lorsqu'avril refleurit et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces", mon esprit se remplit d'envies, de désirs, de rêves, de projets, de folie même...
J'aime le printemps parce que c'est la saison du renouveau. Le négatif, les peines: enterrés. Place à la vie: les oiseaux, et leur chant, les couleurs (le vert des bourgeons et des premières feuilles; le jaune des mimosas, des forsythias, des primevères, des jonquilles, des tulipes; le rouge des tulipes encore, des premières fraises), les parfums qui eux aussi réveillent la mémoire.
J'aime le printemps enfin pour ce qu'il apporte... dans nos assiettes! Inconditionnelle des légumes et des fruits, avec pour philosophie de ne consommer que des produits de saison, je vous avoue que je commençais sérieusement à m'ennuyer en cuisine. Quel plaisir de savourer les premières asperges (du blayais!), les premières fraises (de Plougastel!), et les premiers légumes "nouveaux" (Même si certains se font attendre plus que d'autres...).
Un des plats que j'aime beaucoup, c'est le Risotto (surtout appliquez vous à bien prononcer à l'italienne, ça rend heureux!). Alors le Risotto, avec des petits légumes primeurs, ça fait, je vous le donne en mille: un Risotto Primavera!
L'inconvénient du Risotto, c'est qu'il est impératif de rester derrière les fourneaux, donc pour moi on doit être quatre maximum, après ça me stresse (soit parce que je ne profite pas de mes invités, soit parce qu'il y a trop de monde dans la cuisine). J'aime bien l'idée du vin que l'on apprend à connaître le temps que le plat se prépare, et avec qui on a développé une certaine complicité au moment de passer à table. Et bien c'est exactement ce qu'il s'est passé avec le vin que ce plat printanier m'a inspiré: le Saumur blanc "Billes de Roche" 2007 du Domaine Mélaric.
Mélaric, c'est l'aventure d'un jeune couple, Mélanie Cunin et Aymeric Hillaire, tous deux ingénieurs agronomes et oenologues. Passionnés par le vin, ils ont d'abord un peu bourlingué, à la rencontre de différents terroirs, de différentes approches. Puis en 2006, ils décident de faire leur propre vin, en appellation Saumur, d'où Aymeric est originaire: ils créent Mélaric, contraction de Mélanie et Aymeric. Les premiers vins de Mélaric, millésimes 2006 et 2007, sont issus de parcelles appartenant à des viticulteurs avec qui le jeune couple a un partenariat: ce sont eux qui réalisent tous les travaux manuels. En 2008, ils achètent 4 hectares sur le vignoble du Puy-Notre-Dame: le domaine est réellement ancré. Sur ces 4 hectares, deux cépages, deux appellations: cabernet franc pour l'appellation Saumur rouge (désormais Saumur Puy-Notre-Dame d'ailleurs depuis la création de l'appellation en octobre 2009), chenin pour l'appellation Saumur blanc. Mélanie et Aymeric se sont donnés pour objectif de tirer de ces cépages locaux l'expression la plus authentique et la plus pure du terroir sur lequel ils s'épanouissent. Ils ont choisi le mode de culture biologique pour la conduite de leur vignoble, et se lancent aujourd'hui dans la biodynamie.
Mais revenons à ce Saumur blanc Billes de Roche 2007, 100% chenin (on peut aussi trouver un peu de chardonnay et de sauvignon dans les blancs de Saumur). En 2006 et 2007, le Saumur blanc de Mélaric était issu de la butte calcaire de Berrie, tout au Sud de l'appellation Saumur. A partir de 2008, il sera issu de la butte de la Cerisaie, au Puy-Notre-Dame. Les terroirs de ces deux endroits, typiques de l'appellation, restent de même nature: des argiles, sur une roche mère de calcaire crayeux turonien: le Tuffeau. "De ce sol argilo-calcaire jaillissent des billes de roche. Chacune apporte son soupçon de fraîcheur, de densité et de complexité." Les vendanges se font manuellement, en cagettes. Les fermentations (très lentes, elles se terminent souvent au Printemps) sont réalisées par les levures indigènes, en fûts de 400 litres de 3 à 7 vins. Le vin est élevé 12 mois sur lies, dans ces mêmes fûts, sans batonnage. L'objectif est de conserver au mieux le CO2 dégagé pendant la fermentation, pour protéger le vin, et le sulfiter le moins possible.
Le Mélaric Billes de Roche 2007 est très limpide, de couleur ocrée, avec des reflets bruns. Il a un joli nez de chenin avec ces notes légèrement oxydatives de cire, de miel, mais aussi de délicates fleurs blanches, de poire, de pêche très mûre. Sa bouche est très pleine, avec pas mal de gras, mais aussi une belle acidité. Le côté cire ressort, mais on sent également une certaine minéralité. Au départ très droit, très tendu, le Billes de Roche 2007 prend au fur et à mesure (de la préparation du Risotto!) beaucoup d'ampleur, de rondeur. Le fruit aussi se fait de plus en plus sentir. C'est un vin qui parle, qui sait d'où il vient, qui nous raconte une histoire: la sienne. Un vin avec beaucoup de personnalité. Très beau. J'aime vraiment beaucoup. (En plus, mariage parfait avec le risotto primavera ;-)) Il paraît qu'à partir de 2008 c'est encore meilleur, mais chut, il n'y en a pas beaucoup!
Mélaric Billes de Roche 2007, Saumur blanc, environ 13€, renseignements ici

9 commentaires:

Domdom a dit…

oui, suivre les produits de saison peut-être ennuyeux, et il est vrai que la période de fin d'hiver et le début de Printemps est quelque peu "boring", les légumes d'hiver quittent peu a peu les étales, et les produits de printemps se font désirer, l'attente et l"ennuie ne sera rien comparer au déferlement de couleurs et de senteurs des produits printaniers.
Cette période frustrante ne sera plus qu'un lointain souvenir.

Emilie a dit…

Tu me donnes vraiment envie de découvrir ces vins de Loire.
C'est une région vers laquelle je m'égare rarement, hormis Sancerre bien-sûr, lorsque j'organise un repas.
Merci pour tes bons conseils culinaires églement.
J'a-do-re le risotto aux petits légumes de SAISON!

laurentg a dit…

Emilie,

Vouvray de Foreau ou Huet, Montlouis de Chidaine, Savennières de Nicolas Joly.
Domaine de Bellivière.

C'est bon, le chenin :-)

karin a dit…

toutes ces bonnes choses réveillent mes papilles..je vais essayer de trouver ce flacon..pour le risotto ca me parait plus simple :-))

Anonyme a dit…

J'ai entendu dire que vous avez fait une dégustation des grands vins du Languedoc : grand fan de cette région, qu'en avez-vous pensé ?
Signé le marketeur masqué.

Rouge Blanc Bulles a dit…

@ Anonyme: Une très belle dégustation, en effet. Très riche d'enseignements. Mais dont je n'ai pas prévu de parler ici.

@ Karin: On en trouvera peut être bientôt par chez toi...

@ Emilie: Domaine de Bellivière, Jasnières et Coteaux du Loir, j'en ai... ;-)

Arnaud Fabre a dit…

Oui je suis aussi fan de Mélaric, il y a tellement de choses dans ces bouteilles...

Rouge Blanc Bulles a dit…

@ Arnaud: Ah, ça fait plaisir, merci!

Marc André Gagnon a dit…

Il est superbe votre bloque!

Enregistrer un commentaire