mercredi 12 mai 2010

Balade en Anjou avec Les Fouchardes 2003 de Mark Angeli

Et hop, encore une bouteille retrouvée dans la cave: un Anjou blanc Les Fouchardes 2003 de la ferme de la Sansonnière. Bouteille arrivée tout droit d'Aix-en-Provence, lieu de pèlerinage annuel pour contempler, voire arpenter la Sainte-Victoire. Et qui dit Aix-en-Provence dit passage obligé à la Cave du Félibrige: super cavistes, super sélection, super conseils. Super cave en fait, je vous recommande!
Retour dans la Loire donc, en Anjou cette fois, paradis du chenin blanc, également appelé localement pineau de la Loire. Plus précisément nous sommes là au Sud d'Angers, juste sous la Loire, dans cette charmante région vallonnée connue (et reconnue) pour ses vins doux (moelleux et liquoreux): les Coteaux de l'Aubance (autour de l'Aubance), ainsi que les Coteaux du layon (autour du Layon). Ce sont les deux appellations de liquoreux les plus étendues. Mais, toujours sur les rives du Layon, deux appellations ont encore été distinguées, pour leur conditions très particulières et le potentiel qu'elles ont à produire de très grands liquoreux: Quarts-de-Chaume(50 ha), et Bonnezeaux (100 ha). J'adore ce nom, si doux, glissant: Bonnezeaux... Et bien c'est au coeur de cette dernière appellation, sur ce terroir de schistes gréseux, sur la commune de Thouarcé, que se trouve la ferme de la Sansonnière de Mark Angeli.
J'ai bien dit "la ferme", pas le château ou le domaine, non: la ferme. Et qui dit ferme, dit paysan. Un "paysan polisson" même, puisque c'est ainsi que Mark Angeli aime se définir. Il faut dire que l'homme ne manque pas de personnalité. Mark Angeli est un original, un passionné proche de la nature, un pur et dur, un fou pour certains, un peu extrême pour d'autres, un engagé infatigable en tout cas, que rien n'arrête. Car pour lui être paysan, c'est s'engager. "Ce qui est intéressant surtout, c'est de savoir pourquoi on est là. On n'est pas là pour boire manger, regarder la télé et dormir, il y a peut-être d'autres choses à faire quand on est sur terre, notamment, et surtout à l'époque où on est, essayer de redresser le cours des choses en ce qui concerne la qualité des produits alimentaires".
Venu de Provence, absolument pas du métier, il se passionnait pour les vins liquoreux. Après avoir acquis un peu d'expérience en Sauternes, à La Tour Blanche et Suduiraut, il s'installe en 1990 à Thouarcé. Cet amoureux des liquoreux avait donc alors pour objectif de produire les meilleurs Bonnezeaux imaginables. Pour cela, il essaie différentes choses, en changeant un peu les donnes de l'appellation, comme la densité de plantation qu'il augmente, allant même jusqu'à atteindre 40 000 pieds par hectare (!), alors que la moyenne se situe entre 3000 et 5000 pieds. Très proche de la nature, il devient très tôt un adepte de la Biodynamie, comme son ami Nicolas Joly de La Coulée de Serrant. Il se dit "paysan solidaire", c'est à dire qu'il "accompagne" la nature, la soutient, afin que les vins expriment leur terroir le plus possible. Ce désir de refléter ainsi son terroir le pousse finalement à délaisser les liquoreux pour des blancs secs en appellation générique Anjou.
Aujourd'hui, Mark Angeli "accompagne" 12 hectares, dont 8 hectares sont consacrés à la vigne. Le reste? Des pommiers, des oliviers, des tournesols, du blé et autres céréales qui serviront à nourrir les animaux de la ferme: quelques bovins (dont deux Pie Noir bretonnes, "têtues comme des bretonnes", paraît-il...) qui en plus de fournir lait et viande permettront d'amender le sol si nécessaire, des poules, des abeilles, des chevaux pour labourer les vignes,... On comprend mieux le nom du domaine, plutôt inhabituel sur une étiquette de vin: La ferme de la Sansonnière. Car pas de doute, il s'agit bien ici d'une ferme, que l'on pourrait même qualifier de ferme en polyculture-élevage. Mark Angeli a pour ambition d'augmenter son troupeau de bovins pour produire davantage de lait, et faire un jour son fromage. Mais avec tout cela, on s'éloigne un peu de notre thème, alors revenons au vin. Tiens d'ailleurs, rouge, blanc, bulles? Les 3 (!): Rouge (les Gelinettes), blanc sec (La Lune et Les Fouchardes), blanc moelleux (Coteau du Houet), rosé (rosé d'un jour), crémant... La gamme est complète!
Les vignes sont donc conduites, comme le reste de la propriété, en biodynamie. La ferme de la Sansonnière est certifiée Demeter, et membre de l'association Renaissance des appellations. Les vignes ne sont pas palissées, les sols sont travaillés par des chevaux. La récolte se fait manuellement, avec plusieurs tries. Les blancs sont pressés directement, dans un pressoir vertical, et vinifiés en barriques. Ils ne sont ni sulfités, ni chaptalisés, ni levurés. Avec une philosophie d'interventionnisme minimum, les fermentations peuvent durer de 1 an à 2 ans. Une fois la fermentation alcoolique terminée, les barriques sont bien refermées afin de conserver le gaz carbonique qui s'est dégagé durant la fermentation. Le vin reste en fûts 6 mois supplémentaires, ceci permettant de laisser les particules en suspension se déposer naturellement. Une des spécificités des blancs secs de Mark Angeli est également que souvent, une deuxième fermentation, la fermentation malo-lactique a lieu. Ses blancs seront mis en bouteilles au terme de cet élevage, sans collage, ni filtration. L'apport de Soufre étant de plus en plus infime au fil des années, je crois qu'aujourd'hui il n'y en a plus du tout, c'est pourquoi Mark Angeli recommande de conserver ses bouteilles au froid. A noter aussi que, depuis 2006, Mark Angeli ne présente plus ses vins aux dégustations d'agrément: ils sont donc vendus en vin de table.
Bon, finalement, pourquoi je vous raconte tout ça? D'abord parce que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir Mark Angeli. Ensuite, et chronologiquement c'était la première raison, parce que son vin m'a emballée. Sa cuvée Les Fouchardes 2003 était un pur bonheur. Avec sa belle robe ocre aux reflets bruns, le vin était tout d'abord assez fermé, peut-être un peu austère, mais mystérieux, avec un nez qui donne envie d'y revenir, encore et encore, qui interpelle. Puis au fur et à mesure il s'est ouvert, sur des notes de cire, de miel, mais aussi beaucoup de fruits (coing), et de fleurs blanches. La bouche est tendue, fraîche, mais à la fois ample, pleine, ronde, gourmande même avec une petite sucrosité. C'est un vin complexe, et j'aime parfois cette complexité, cette subtilité du vin, ce côté mystérieux, fascinant. Le genre de vin qui vous fait tomber amoureux du chenin. D'ailleurs c'est bien le cas!
Allez, on termine sur une petite citation de Mark Angeli? "La convivialité extrême, c'est quand vous arrivez à trouver le vin qui correspond à la personne que vous recevez. Il faut vraiment bien connaître les gens pour arriver à ça". Il faut aussi bien connaître les vins... Quand je vous dis qu'on n'a pas fini de déguster!
La ferme de la Sansonnière, Les Fouchardes 2003, Mark Angeli (Paysan à Thouarcé), Anjou

7 commentaires:

Emilie a dit…

J'adore la dernière citation! Je suis complètement d'accord avec ça. On n'a pas fini de faire des repas entre copains!!!

christian Bétourné a dit…

Son "Rosé d'un jour", à condition de ne pas l'attendre, est un délice, l'un des meilleurs rosés que je connaisse. Ses "La Lune" se sont souvent données, au final(c'est la...)en état d'oxydation avérée; et pour la pomme mieux vaut un bon calva!

laurentg a dit…

Superbe en Fouchardes 1996 et Gélinettes 1996.

Christian Bétourné a dit…

Ça y est , je vous ai adoptée...

christian Bétourné a dit…

Ça y est A.L, je vous ai adoptée...

Rouge Blanc Bulles a dit…

@ Christian Bétourné et laurentg: Merci pour ces pistes!

Glaucome a dit…

Venez aussi visiter mon blog sur le vin au nom sympa....
www.dejabu.fr

Enregistrer un commentaire