vendredi 1 juillet 2011

Les Chamois du Paradis. Sans chamois, mais au paradis.

Vous êtes dans le fin fond de la campagne, dans un endroit paumé, à l'abri du monde, assez loin de la civilisation, on peut le dire.
Il est 20 heures passées, et il fait encore 30°C à l'ombre. Vous fondez derrière les derniers rayons de soleil. Brûlants.
Vous contemplez ce vieux chêne pluricentenaire que vous aimez tant, et le magnifique paysage qui s'ouvre à vos yeux. Nature, sauvage, vrai, authentique. Vert. Un peu jaune à certains endroits. Un paysage du mois d'août, mais nous sommes en juin (ne soyez pas étonnés, j'écris toujours en décalage).
Vous entendez les oiseaux (j'aime), parfois les guêpes ou les mouches (j'aime pas), et puis encore les oiseaux, et même les grillons (j'adore). Et si vous tendez bien l'oreille, vous entendez (à peine) le doux murmure d'un souffle d'air discret dans les arbres. Oh, zut, un avion qui passe, à croire qu'on n'est pas seuls au monde finalement.
Vous grignotez du melon, du jambon (espagnol!), du chorizo. Et puis un vieux Comté aussi.
Parce que vous savourez un Côtes du Jura, Les Chamois du Paradis, de Jean-François Ganevat, 2004. De délicates notes de citron, de tilleul, de noisettes. Une toute fine touche de curry, quand même, mais très très fine, sans masquer le reste. Une bouche très fraîche, citronnée, pure, droite. Une belle minéralité, au nez comme en bouche. Une très belle structure, élancée, ciselée. Un délice.
Vous pensez à votre ami Christian, si attentionné, qui vous a offert cette bouteille. Merci Christian. "Les Chamois du Paradis", et si c'était un peu ça, le paradis?
Vous savez que demain, il fera encore plus chaud, et que ça risque même d'être intenable.
Mais là, comme ça, tout de suite maintenant, vous souriez, et vous vous dites que la vie est belle.
Santé!
Le Domaine Ganevat, dont j'ai déjà eu l'occasion de parler ici, se situe à Rotalier, dans le Jura. Jean-François Ganevat s'y est installé en 1998, et y cultive ses 8,5 hectares en biodynamie. Les Chamois du Paradis est une cuvée produite en 2004, de Chardonnay sur un terroir de schistes et d'argiles, sur la commune de Grusse. Cette cuvée, vinifiée traditionnellement, a été élevée 5 ans en demi-muid, avec ouillages réguliers. Un joli texte sur ce domaine ici, et sur ce vin (par Christian himself). Et maintenant, à vous de goûter!

6 commentaires:

Christian Bétourné a dit…

On pourrait faire "Les Siamois du Paradis" avec cette autre version...
http://littinerairesviniques.fr/au-paradis-sont-les-chamois-de-ganevat/

Rouge Blanc Bulles a dit…

Merci Christian, je savais que tu avais écrit sur ce vin, mais je ne retrouvais pas ton texte. Je le mets en lien sur mon billet, à côté de celui de Jacques. Sympa comme place non? :)

Christian Bétourné a dit…

Oui, je connais sur le Net des compagnies moins nettes que celle de l'Alpiniste, arpenteur des Hautes Sentes...

Rouge Blanc Bulles a dit…

C'est bien ce que je pensais... ;)

Marie J a dit…

Ça donne très envie d'être là bas avec vous !
Là j'entends un hélicoptère, un flot de voiture au loin, et je m'en vais rejoindre la moiteur du RER...Ah, tiens, une sirène de police maintenant.
Bonne semaine !

Miss Zen a dit…

Si ce n'est pas la paradis, c'est sa succursale sur terre....

Enregistrer un commentaire