lundi 21 novembre 2011

Dijon - Bordeaux

Dijon - Bordeaux au foot, ça donne 2-0. C'est ballot ça, pfff.
Dijon - Bordeaux chez nous, la veille, c'était match nul... enfin nul... façon de parler ! Ex aequo on va dire. Deux vins excellentissimes. Pourquoi a-t-on toujours tendance à comparer Bordeaux et la Bourgogne, alors que les types de vins sont tellement différents? Complémentaires même. En tout cas moi j'aime les deux. Et quand je goûte deux grands vins comme ça, je me dis: "Ca, c'est la France. Et c'est bon, c'est drôlement bon". A ce moment là, je me sens envahie d'une immense fierté. Chauvine moi? Oh nooooooonnnnnn !!!
Alors ces vins: Côté Bourgogne, un Chambertin Clos de Bèze Grand Cru 2001 du Domaine Armand Rousseau (excusez du peu...). Nous sommes en Côtes de Nuits, à la pointe septentrionale de la Côte D'or, paradis du Pinot Noir. Plus précisément autour de Gevrey Chambertin. Là, différents grands crus de renom se côtoient, parmi lesquels le Clos de Bèze. Le Domaine Armand Rousseau, aujourd'hui géré par Eric Rousseau (il a une super bouille, et en plus il paraît qu'il est vachement sympa !) possède sur ce Clos 1 ha 42 (le domaine fait 14 ha 10 au total). Son vin est fin, très fin, avec en même temps une matière bien présente, et une très belle longueur en bouche. La richesse du velours avec la pureté du cristal. Un grand Bourgogne, racé, très chic. J'aime, j'aime, j'aime.
Pour Bordeaux, Château Troplong Mondot, Saint Emilion Grand Cru 1989. Saint-Emilion donc, paradis du Merlot cette fois. 90% de merlot pour ce Troplong Mondot, un peu de cabernets franc et sauvignon pour compléter l'assemblage (une des grandes différences entre Bordeaux et la Bourgogne: les bourgognes sont des monocépages, alors qu'à Bordeaux on joue presque toujours sur l'assemblage de plusieurs cépages). Tout près du village historique, une côte mythique: la côte Pavie. Troplong Mondot se trouve tout en haut de cette côte, en un seul bloc. C'est marrant, parce que j'ai toujours trouvé ce vin très viril. D'ailleurs, je l'ai souvent pris pour un Médoc. Et si je trouve cela amusant, c'est parce que non seulement nous sommes à Saint-Emilion (le merlot donne des vins supposés plus féminins pour faire un raccourci un peu rapide, je vous l'accorde), mais en plus c'est une femme qui a fait ce vin, et qui a longtemps incarné l'image de la propriété: Christine Pariente (aujourd'hui elle et son mari Xavier Pariente dirigent tous deux le domaine). Et ce Troplong Mondot 89, avec son côté solide, ancré, charnu, ses petits arômes de sous bois, son bouquet de fruits rouges, sa longueur incroyable, je trouve ça juste sublime. Donc j'aime, j'aime, j'aime... aussi!
Résultat des courses: 1 partout (et 2 bouteilles pliées... hips). Ou 100 partout. Ex aequo. Vive la Bourgogne, vive Bordeaux... Ben vive la France quoi!